NOTRE MATOS

ÉLECTRIQUE  
(par René GEUNA)


         Avec un peu de patience vous êtes tous capables de vérifier votre matériel électrique, mais attention de ne pas être tenté, dans votre chambre ou dans votre hôtel, la veille des compét, d’essayer ce « matos » sur le courant électrique de 220 volts

Rien de plus idiot que ce match perdu à cause d’un fil de corps qui a une micro coupures, on l’essaye, on croit qu’il marche.

En fait, souvent l’essai est fait sans que ce fil ne soit tendu. Mais dans une attaque faite avec beaucoup d’intensité et avec une grande amplitude le fil de corps se tend il y a une coupure de votre circuit (15 et 20) et vous ne vous en apercevez pas, vous n’allumez pas, votre adversaire qui faisait pourtant une contre-attaque à tort allume et la touche ne peut pas être annulée par l’arbitre, pourtant de bonne foi. On peut observer les mêmes phénomènes sur le circuit à 15 « pince croco » de votre adversaire, ou son circuit fil de masque : rupture du circuit qu’en cas de tension du fil ! C’est la touche idiote, celle qui peut vous faire perdre un titre ou une qualification alors que vous meniez à 14. Seul remède, encore une fois ne pas faire partie de ces assistés qui sont incapables de se gérer tout seul durant une compétition, la prise en charge de l’individu par lui-même détermine souvent le profil du sportif de haut niveau. Beaucoup de champions profitent de ces instants de tranquillité où, seuls dans leur chambre d’hôtel, ils « peaufinent leur matos » en se concentrant sur leur compét, ils sont déjà « dans le match », c’est leur tic de préparation psychologique.

Un conseil, dans votre housse vous devez posséder une petite trousse à outils avec : une petite pince à bec long, une petite pince coupante, une pince multiprise pour serrer votre poignée, une petite clé à molette, un petit tourne vis, du « chatterton »électricien, un cutter(avec jeu de lames neuves) et un ciseau, si vous voulez pinailler, vous pouvez en plus, vous procurer des clés plates adéquates pour les écrous de votre prise de garde intérieure. Super, bien vu çà, continuez à pinailler SVP et vous serez des champions, vous n’avez besoin de personne pour vous préparer votre matos car vous avez compris que cela peut être pour vous un tremplin de la réussite, un « truc » de plus :

Alors comment fonctionne votre matos ?…… = « Fastoche ! »


  

1 – le circuit dit « à 15 »        ( à une distance de 15 mm du centre) croco

2 – le circuit dit « central »  ( au milieu )

3 – le circuit dit « à 20 »      ( à 20 mm du centre )

Et maintenant n’oublions pas, imaginez que le courant coule comme une rivière, disons comme un ruisseau vu la grosseur des fils et surtout, qu’il y a deux possibilités de sens          

      le courant   VIENT DE   l’appareil      

      le courant    va VERS   l’appareil

BRAVO vous avez presque tout compris, encore plus « fastoche » avec le tableau qui suit :

CIRCUIT

AU FLEURET

   AU SABRE

 

« 15 »

Le courant va, de la tête de MON fleuret, à l’appareil par le 15 de mon adversaire, en passant par sa pince croco, au moment où JE le touche, en même temps il y a coupure de mon « central et 20 » et j’allume valable

Comme au fleuret, le « jus » contenu dans MA lame va à l’appareil, en empruntant le chemin de: ton masque, ton fil de masque, ta cuirasse, ton croco , TON « 15 »

 

« central »

Le courant ARRIVE de l’appareil à mon circuit par la PETITE fiche de ma prise de garde puis va se blottir dans la tête de mon fleuret, prêt à mettre la 5ème touche !Si je touche non valable je coupe « central et 20 » = lampe blanche !!!

LA PETITE fiche de ma prise intérieur de garde : circuit retour VERS l’appareil, si tu touches ma coquille = RIEN, c’est donc la « masse » au sabre (inverse du fleuret)

 

« 20 »

Le circuit de ma coquille, de ma lame et qui repart à l’appareil

Si pas de touche, donc pas de coupure « central et 20 »

Ce circuit est dit aussi « de masse » car si tu touches ma coquille, par un système d’électroaimant prioritaire = RIEN

LA GROSSE fiche, celle qui laisse passer le « jus » de l’appareil à MON sabre VERS ta tête et qui contribuera en passant par TON « 15 » ...

... à me faire gagner le match !

 

           VOLONTAIREMENT je n’ai pas parlé de l’ Épée dans ce tableau car le circuit électrique à cette arme est on ne peut plus simple ! On dirait que tout est fait pour que tout soit plus simple à cette arme : la technique, les cibles, le règlement, l’arbitrage, la compréhension des spectateurs et des journalistes, nous le voyons maintenant les circuits électriques …la péda ? J’ai donné, donc je peux comparer et je dis : OUI, la péda est plus simple à cette arme, mais tout est relatif, l’épée, c’est de l’escrime et l’escrime est difficile à enseigner !

La tête de pointe de l’épée servant d'interrupteur, central et 15 allume comme votre lampe de chevet en fermant le circuit. J’insiste sur le “en fermant” pourquoi ?…Bonne question ! vous ne suivez plus ? Mais parce que aux deux autres armes les circuits sont toujours fermés, si pas de touche !

- “Oui m’sieur, mais à l’épée j’touche ta coquille, j’allume pas ma lampe”

Le circuit à 20 restant le circuit masse, le circuit de la coquille, le circuit à 20 par un système de moindre résistance va envoyer un peu de  “jus” à un électro-aimant qui va bloquer l’appareil = pas de lampe. Les coups sur la coquille étant “perpétuels” à cette arme, mieux vaut ne pas avoir une micro coupure imperceptible du 20  !